Un pré fleuri sans entretien, c'est possible? - 01. août 2020

Presque quotidiennement, nous recevons des demandes pour des mélanges de prés fleuris pluriannuels, ne demandant pas d'entretien, qui fleurissent toute l'année et ne sont composés que d'espèces indigènes tout en attirant les insectes. Malheureusement, ce n'est pas aussi simple, et comme dans tous les domaines de la vie, il faut faire des compromis!

La nature sait ce qu'elle veut

La nature a toujours la tendance à chercher un équilibre. Et dans nos latitudes, un pré fleuri n'est malheureusement pas un état stable: sans soins, des ronces, des buissons puis des arbres s'imposent naturellement dans un pré, pour former une forêt au bout de quelques années.

Quand on s'imagine Heidi courir sur un pré fleuri, il faut se mettre à l'évidence que ce n'est pas un état "sauvage", mais une surface cultivée par un fauchage régulier qui permet à ces belles fleurs de s'établir. Un vrai pré fleuri est donc un projet sur le long terme qui demande beaucoup de patience et d'entretien!

Les mélanges annuels: l'alternative

Ceux qui ont un peu moins de patience peuvent miser sur les mélanges de fleurs annuels. Les fleurs étant souvent plus faibles que la concurrence, elles ont besoin d'un coup de pouce pour bien se développer: il faut préparer un lit de semis fin, bien arroser, éventuellement désherber au début. Un semis dans un pré existant ou dans un gazon ne fonctionnera pas!

Même si la grande majorité des fleurs pourrait se ressemer, elles se feraient envahir par les mauvaises herbes au printemps prochain. Tout désherber serait laborieux et demanderait beaucoup de connaissances pour reconnaitre les bonnes fleurs. Pour cette raison, nous conseillons tout simplement de refaire un nouveau semi.

Indigène ou pas?

Ces dernières années, le thème des plantes indigènes est devenu de plus en plus important. C'est certainement une bonne chose, mais mon avis personnel, c'est que l'origine des plantes ne devraient pas être un critère d'exclusion en soi. Bien sûr, nous ne parlons pas de plantes invasives, qui n'ont strictement rien à faire dans la nature!

Mais d'après moi, beaucoup de variétés non-indigènes ont le droit d'être présentes dans nos mélanges destinés aux jardins. Comme ce serait triste de devoir renoncer aux tournesols, aux capucines, au pavot de Californie etc. Et tous ceux qui ont déjà observé des abeilles butiner l'agastache ou le grand pavot sait que ces espèces amènent aussi une plus-value aux insectes. Donc ne soyons pas trop dogmatiques et profitons des couleurs que la nature nous offre! 😊

Au potager, la plupart des espèces nous sont parvenues des Amériques: tomates, haricots, courges, maïs, patates etc. Et pourtant, leur origine ne pose de problème à personne. Au contraire, nous nous réjouissons de cette diversité de goûts que la nature nous procure. Pour les fleurs, je suis personnellement le même raisonnement.

Conclusion

Comme souvent, sur le sujet des mélanges de fleurs, il faut être prêt à faire des compromis. Un pré fleuri indigène, riche en espèces et pluriannuels est le nec plus ultra, mais cela demande du temps et des soins réguliers.

Pour tous ceux qui veulent juste se réjouir d'une multitude de fleurs colorées, les mélanges annuels sont une belle alternative qui donne un peu moins de travail et de connaissances, comme par exemple notre mélange mellifère "Nectar Plus".

Tulipan Zollinger